Accompagnement et conseil en communication, spécialisé développement personnel, bien-être et ésotérisme
emilie@holi-com.fr

La culpabilité, un frein à la réussite ?

culpabiliteFace à la réussite, les freins peuvent être nombreux : peur de ne pas y arriver, remise en question permanente, peur de manquer, etc…Mais il y a un frein plus pernicieux que les autres encore : la culpabilité.

Les freins à la réussite

Quand on décide de « s’installer » et de vivre de sa passion ou de son don, les questionnements sont multiples :

  • Est-ce que je vais y arriver ?
  • Est-ce que j’en suis capable ?
  • Est-ce que j’aurai assez de clients ?
  • Est-ce que j’aurai assez d’argent pour vivre correctement ?
  • Etc…. La liste n’est pas exhaustive !

Souvent, ces peurs sont justes et sont là pour nous permettre de nous re-positionner ou de changer de mode de fonctionnement. Mais aussi justes soient-elles, elles peuvent nous paralyser et nous empêcher d’avancer. Si nous ne comprenons pas la « leçon » que la vie est en train de nous apprendre, si nous ne lâchons pas prise, le risque est grand de se laisser dépasser par nos peurs. Et de ne plus être capable d’avancer dans nos projets.

Mais face à ces peurs, il ne faut jamais oublier qu’elle ne sont qu’une extrapolation de notre réalité. En effet, en préjugeant ainsi, nous sommes dans un hypothétique lendemain. Nous ne sommes absolument pas dans l’ici et maintenant. …. Alors qu’il n’y a que le moment présent qui soit fiable. Hier est passé et non modifiable. Demain n’est pas encore là et selon notre moment présent, demain peut prendre des centaines de formes différentes !

La culpabilité

La culpabilité est à mon sens, la peur la plus pernicieuse car non seulement elle nous empêche d’être dans le moment présent, mais, en plus, elle nous interdit de voir les cadeaux que nous fait l’Univers.

Voyons tout d’abord à quoi peut être liée cette culpabilité en prenant quelques exemples :

  • culpabilitéSi je ne réussis pas, mon compagnon devra assurer pour deux
  • Si je n’ai pas assez de clients et que j’ai du temps, je vais culpabiliser de « me la couler douce » alors que j’ai mis mes enfants à la garderie
  • Mes beaux-parents nous logent. Si je me mets à mon compte, ils vont croire que je ne fais rien et que je profite d’eux
  • Si ça ne marche pas, je vais perdre la confiance qu’a mis en moi mon banquier (mon ami, mes parents, etc…) en me prêtant la somme nécessaire à mon installation
  • Etc….

Mais, quand on s’arrête et que l’on réfléchit à tous ces exemples, on se rend vite compte de quelque chose d’essentiel. Dans tous ces cas, nous nous plaçons à la place de quelqu’un d’autre : notre banquier, notre compagne, nos beaux-parents, etc…. Ces réactions potentielles ne nous appartiennent pas ! C’est pourquoi là encore, nous ne pouvons pas extrapoler : on ne peut pas connaitre à l’avance la réaction de notre entourage. Même si on les connait « par cœur », ils peuvent nous surprendre ! On ne peut savoir à leur place s’ils seront angoissés ou sereins, confiants ou inquiets. Et même si leur réaction est négative, elle leur appartient. A eux !

Les cadeaux de la vie

Et il y a un fait évident : je ne vais pas vous apprendre que lorsque nous sommes à notre place, tout se met en œuvre pour nous aider. Que « quand les choses doivent se faire, ça coule »…..En effet, l’Univers nous balise le chemin, nous guide et nous soutient sur notre route. Si notre place est d’accompagner les autres, la vie mettra tout en place autour de nous pour nous sécuriser afin que nous atteignons notre but. Ainsi, elle vous permettra peut-être d’être hébergé le temps de votre installation, ou encore de recevoir une somme d’argent inattendue (d’un héritage, de la vente d’un bien, etc…). Ou encore, votre employeur vous annoncera son départ dans une autre région et vous proposera un licenciement économique; ce qui vous accordera douze mois de salaire sans aller travailler…..

cadeaux-de-la-vieC’est exactement ce qui m’est arrivé lorsque je me suis installée : j’ai bénéficié de douze mois de mon ancien salaire plein….. »A ne rien faire ». En tout cas, c’est ce que je pensais que croirait mon entourage. Alors, je me suis lancée tête baissée dans la création de mon activité, sans recul ni repos, travaillant comme une acharnée à m’épuiser….Parce que je culpabilisais de ma situation. J’avais l’impression de devoir me justifier et d’en faire deux fois plus pour prouver que je méritais ce cadeau. J’ai travaillé dur et j’ai eu très vite beaucoup de clients…..

Jusqu’à ce que mon corps me rappelle à l’ordre et que je réalise….

En fait, la vie m’offrait douze mois de « délai ». Douze précieux mois pour mettre les choses en place correctement, doucement, sans précipitation. Douze mois pour poser les fondations de ma nouvelle vie et accompagner au mieux mes clients…..Ce que je ne faisais absolument pas en me précipitant comme je le faisais. Je m’étais prouvée que je pouvais atteindre un certain niveau de chiffre d’affaire, alors j’ai levé le pied. Et je me suis posée. Ce qui m’a permis de me repositionner correctement et de définir exactement ce que je souhaitais être et faire….Et ce, sans aucune culpabilité car j’ai remonté le film et vu avec délice tout ce que l’Univers avait comploté pour me mettre là où je me trouve aujourd’hui…

Alors, si vous êtes à votre place dans votre projet ou dans votre activité, la vie vous soutiendra, n’ayez crainte ! Et dans ce cas, acceptez ses cadeaux avec joie et gratitude et sans culpabilité.

 

Laisser une réponse

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

7596dcf63526707779e5d1c16febbcbdMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMM